La période des évaluations approche. Ne nous en cachons pas, entre nous, c’est un moment souvent redouté par les managers, pour des raisons bien légitimes: manque de temps, d’informations, lourdeur des processus, contenu de la formation « réussir mon entretien d’évaluation » passé aux oubliettes … ou simple perception de l’exercice comme une fastidieuse obligation imposée par le service RH.

Alors … comment réveiller son enthousiasme à la tâche quand nos perceptions engluent notre énergie?
Serait-il possible de transformer le processus d’évaluation en une expérience énergisante et agréable ? L’avez-vous déjà expérimenté ?

Chez Adgility, nous en sommes convaincus. Et vous en livrons 6 premières clés, en guise de cadeau de fin d’année anticipé :

  • Partir d’où vous (en) êtes;
  • Faire primer l’esprit sur la lettre;
  • Ajuster votre perception;
  • Clarifier votre intention;
  • Un espace-temps sacré;
  • « Evaluation », un mot prison.

1. Partir d’où vous (en) êtes.

Ça a l’air bête, non ? La difficulté de se mettre à la tâche est plus grande pour celles que l’on n’exerce pas avec régularité. Celle-ci remonte à quelques mois déjà. Il faut d’abord vous remobiliser: Lire cet article, participer à une intervision de relance entre collègues, organiser votre planning, … vos réflexes reviendront par eux-mêmes. Et si c’est une première : lancez-vous avec la flamme du débutant, sans douter un instant de vos qualités.
La confiance se construit à travers l’expérience, elle ne la précède jamais.

2. Faire primer l’esprit sur la lettre

Quel sens mettez-vous à évaluer vos collaborateurs ? Le plus souvent, les livres, formulaires et systèmes qui visent à vous soutenir nous mènent à oublier le sens même de l’exercice. Le sens est à la fois la direction que nous lui donnons et la signification. Mettez un instant ces supports de côté et penchez-vous sur cette question : quel sens je mets à évaluer mes collaborateurs ? N’en doutez pas, ceci impactera très concrètement votre aisance à embrasser la tâche, et son effet.

3. Ajustez votre perception

La puissance de nos croyances et perceptions est une clé déterminante de bien des situations humaines. Paul Watzlawick l’a parfaitement nommée Self fullfilling prophecy. La façon dont vous percevez cet exercice déterminera son déroulement : un poids? Un plaisir ? Un devoir ? Une occasion de construire?  Si (même) après la lecture de cet article, il reste un incommensurable fardeau, peut-être est-il même préférable d’y renoncer. De déléguer la tâche ou la reporter à un moment où vous serez disposé à l’embrasser. Paradoxalement, envisager de le faire peut vous libérer … et vous permettre de vous y mettre. Dire non à une chose revient à dire oui à autre chose qui peut s’avérer plus porteur pour tous.

4. Clarifier votre intention

Quel est mon projet pour ce collaborateur ? Pour mon équipe ? Pour moi-même ? Quelle est mon intention à travers cet entretien ? Et comment la faire passer ? Clarifier ses idées permet de les poursuivre consciemment et de les adresser de manière juste et adéquate. Et ainsi d’augmenter sensiblement votre impact. Sans quoi nous courrons le risque de faire passer tout autre chose (ex : un collaborateur très apprécié auquel on fait moult remarques « tu devrais, tu pourrais »). Car tout ce sur quoi vous portez votre attention grandit. Le reste tend à stagner ou à disparaitre. Et vous, sur quoi posez-vous votre attention ? Pour quoi ?

5. Un espace-temps sacré

Après en avoir pris connaissance, gardez les formulaires à l’écart. Pour les remplir lors d’un (court) moment qui leur sera dédié. Faites primer la qualité du moment partagé avec votre collaborateur, le lien que vous entretenez, le futur que vous construisez ensemble. Prenez en soin comme d’un espace de reconnaissance. Ne laissez pas les écrans y faire écran.

6. Évaluation, un « mot-prison »

Il n’est peut-être pas celui utilisé dans votre organisation. Quoi qu’il en soit, l’imaginaire de l’évaluation draine quantité d’images porteuses d’émotions désagréables : bulletins scolaires, échecs, projets refusés, rejet de candidatures, … l’appartenance et la sécurité sont des besoins humains fondamentaux qui ont été mis à mal dans l’histoire de vos collaborateurs. Le terme « appréciation » (appraisal) nous parle le mieux de ce que l’on gagne à faire en évaluant. L’exercice consistant à parler du passé pour construire le futur. L’art revient à apprécier et renforcer ce qu’il y a de bon, selon le futur projeté.

Voici pour cette première partie. A présent : A vous les studios ! Vous regorgez certainement d’idées  géniales pour rendre ce moment à la fois utile, agréable et énergisant. Elles pourraient inspirer vos pairs. Nous vous invitons à les partager en réponse-commentaires à cet article. Notre prochaine édition contiendra un condensé de vos perles et nos 5 dernières clés.

Au plaisir de vous lire!

Véronique Pironet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies tiers destinés aux statistiques de fréquentation. En acceptant vous nous permettez de mieux vous connaitre et améliorer votre expérience sur notre site.

Accepter Décliner En savoir plus